L'atelier des petits moutons


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les RDV des écriveurs de Vibatée

Aller en bas 
AuteurMessage
Vibatée
Berger
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 12/10/2014
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Les RDV des écriveurs de Vibatée   Ven 17 Oct - 7:25

LANGUE D’OR, PAROLE DE BOIS

Allez…
                 
Vas-y.
                  Non.
Tu en meurs d’envie.
             Réfléchis…
Et ce n’est rien…
             Au contraire.
Il n’en saura rien.
             Ne l’écoute pas…
Juré.
             Menteuse.
Il n’en saura rien si tu le fais maintenant.
             Tu dis toujours ça.
Mais fais-le vite…
             Non.
Allez…
             Va-t’en.
Je suis là, sous tes yeux…
            Recule tant que tu le peux encore.
Comment peux-tu hésiter autant alors que tu n’as que quelques pas à faire ?
            Pense à ce que ces quelques pas peuvent te coûter…
Il n’en saura rien…
            Et s’il s’en aperçoit ?
Il ne saura jamais…
            Si tu savais…
Il ne t’aurait pas tentée comme ça.
            Oh si…
Tu es sa femme après tout.
            Justement…
Il ne t’aurait pas tentée avec moi.
            Justement…
Il t’aime.
            Comme les sept autres avant toi.
Il t’aime.
            Que sont-elles devenues ?
Il ne le saura pas.
            Demande-toi…
Il te pardonnera.
            Comme il a pardonné aux autres…
Allez…
            Fuis.
Avance la main…
            Range ça…
Vas-y…
            Arrête.
Oui.
            Non !
Oui.
            Non !!
Oui !



Trop tard


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-de-snail.eklablog.fr/
Vibatée
Berger
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 12/10/2014
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les RDV des écriveurs de Vibatée   Lun 20 Oct - 11:04

–STOP –


De Royaume des Ronces.
A Royaume des Princes.


Annonce naissance princesse Aurore –STOP– Espère vous voir à son baptême –STOP– Présence de trois fées confirmée plus banquet à volonté –STOP– Destin de nos deux royaumes en jeu –STOP– Amitié
Le Roi

De Royaume des Princes.
A Royaume des Ronces.


Devons refuser votre invitation pour raison de naissance du prince Philipe –STOP– Espérons que les liens entre nos royaumes restent intacts –STOP– Meilleurs vœux pour petite Aurore –STOP– Mariage à envisager –STOP– Cordialement
La Reine

De Royaume des Ronces.
A Royaume des Princes.


Malédiction lancée  –STOP – Aurore maudite  –STOP – Envoyée vivre chez marraines fées jusqu’à la fin de la malédiction  –STOP – Espérons possibilité mariage conservée –STOP– Amicalement
Le Roi


De Royaume des Princes.
A Royaume des Ronces.


Prince Philippe intéressé par Aurore –STOP– Proposition de mariage maintenue –STOP– Approche seizième anniversaire Aurore –STOP– Parler contrat dès que possible –STOP– Cadeau envoyé  –STOP – Espérons que le rouet plaira  –STOP – Amitiés
La Reine

De Royaume des Ronces.
A Royaume des Princes.


Cadeau reçu –STOP – Mais princesse blessée des


De Royaume des Princes.
A Royaume des Ronces.


N’avons pas reçu la totalité du message –STOP – Prière de le renvoyer au plus vite –STOP – Cordialement
La Reine

De Royaume des Princes.
A Royaume des Ronces.

Près d’un siècle et toujours pas de réponse –STOP – De qui vous moquez-vous –STOP – Marions Philippe à Cendrillon car elle toujours ponctuelle –STOP – Adieu
La Reine


Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-de-snail.eklablog.fr/
Vibatée
Berger
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 12/10/2014
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les RDV des écriveurs de Vibatée   Ven 24 Oct - 6:47

LE PETIT POUCET, QUEL BEAU CONTE…


« Il était cette fois, un couple de bûcherons dont les revenus n’était pas des meilleurs. Ils n’avaient même plus de quoi nourrir leurs sept fils qu’ils aimaient pourtant plus que tout. C’est ainsi qu’un soir, ils se résignèrent à les abandonner dans la forêt à côté de leur masure.

Seulement le plus jeune, surnommé « le Petit Poucet », était malin. Aussi il prit des cailloux blancs et marqua le chemin. Rapidement revenus chez eux, leurs parents les emmenèrent cette fois dans la Forêt des Egarés. N’ayant pas eu le temps de récupérer de cailloux, le marquage de pain de l’enfant fut vite dévoré par les oiseaux du bois.

Perdus et affamés, les sept frères ramassèrent de la nourriture ci et là, en particulier de beaux champignons aux couleurs vives. Par chance durant leur cueillette, ils tombèrent sur une maison au milieu de nulle part. La femme y vivant leur conseilla de fuir, expliquant que son mari, l’ogre, qui dévorait les enfants, ne feraient qu’une bouchée d’eux.

Après moult suppliques elle les laissa entrer et prépara une soupe avec ce qu’ils avaient récolté… »


Rapport de la police des contes :

Date : jour de la fête des rois.

Lieu : la Forêt des Egarés.

D’après les témoignages récoltés, le maître des lieux aurait tué ses sept filles durant leur sommeil avant de fuir le domicile conjugal. Après quoi il aurait envoyé un enfant chercher son argent, sûrement pour fuir le pays. Nous avons retrouvé sept garçons, détenant ledit argent et qui prétendent avoir échappé à l’enfer.

Preuves récoltées : sept bérets de garçon sur les corps décapités des victimes, sept couronnes en possession des enfants fugitifs ainsi qu’une paire de bottes et des restes de champignons hallucinogènes dans la cuisine.

Conclusion de l’enquête : l’ogre a été jugé coupable pour le meurtre de ses filles, pour la tentative de meurtre sur les sept garçons. Sa femme, jugée folle, a été internée. Le Petit Poucet et ses frères ont été reconduits chez eux, auprès de leurs parents avec l’argent qu’ils ont trouvé en forêt.


« Il était une fois, un couple qui ne demandait jamais rien à personne à part un peu de tranquillité.  Ainsi, l’homme et la femme s’étaient installés dans une cabane au plus profond de la Forêt des Egarés, dérangés que rarement par des enfants qu’ils s’amusaient à effrayer, faisant croire que l’époux était un ogre.
Une vie paisible les berça, et le destin leur donna sept merveilleuses petites filles qui étaient leur joie et leur fierté. Nées le jour de la fête des rois, chaque année la galette comptait sept fèves et donc sept couronnes.

Cette heureuse petite famille grandi et vécu dans leur havre de paix au fin fond de la forêt jusqu’à la fin des temps… »


Spoiler:
 


>Commentez ici<

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-de-snail.eklablog.fr/
Vibatée
Berger
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 12/10/2014
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Les RDV des écriveurs de Vibatée   Lun 3 Nov - 12:11

Rapunzel, Rapunzel, lass mir dein Haar herunter




Il était une fois, dans une contrée verdoyante, une tour sans porte où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux qui descendaient jusqu’en bas de la tour. Et quand sa maman, la sorcière, venait, elle disait « Rapunzel, Rapunzel, descends-moi tes cheveux ! » et elle le faisait, ainsi sa mère pouvait rentrer et prendre soin d’elle. Malgré tout, tout ce qu’espérait Rapunzel, c’était qu’un prince vienne la libérer…


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une contrée, une tour sans porte où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux qui descendaient jusqu’en bas de la tour. Et quand sa maman, la sorcière, venait, elle disait « Rapunzel, Rapunzel, descends-moi tes cheveux ! » et elle le faisait, c’était leur mot de passe. Ainsi sa mère pouvait rentrer et prendre soin d’elle. Malgré tout, tout ce qu’espérait Rapunzel, c’était qu’un prince vienne la libérer…


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une contrée, une tour dont la porte était cachée où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux qui descendaient jusqu’en bas de la tour. Et quand sa maman venait, elle disait « Rapunzel, Rapunzel, descends-moi tes cheveux ! » et elle le faisait, c’était leur mot de passe. Ainsi sa mère pouvait rentrer et prendre soin d’elle. Malgré tout, tout ce qu’espérais Rapunzel, c’était qu’un quelqu’un vienne la libérer… Et un jour elle entendit ces mots…


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une contrée, une tour dont la porte était cachée et fermée de l’intérieur où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux qui descendaient jusqu’en bas de la tour. Et elle attendait le mot de passe que sa maman disait « Rapunzel, Rapunzel, descends-moi tes cheveux ! » pour qu’elle le fasse. Ainsi sa mère pouvait rentrer et prendre soin d’elle. Tout ce qu’espérait Rapunzel, c’était entendre ces mots…


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une contrée, un lieu dont la porte était cachée et fermée de l’intérieur où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux. Et elle attendait le mot de passe que sa maman disait « Rapunzel, Rapunzel, descends-moi tes cheveux ! ». Ainsi sa mère pouvait rentrer et prendre soin d’elle. Tout ce qu’espérait Rapunzel, c’était entendre ces mots… Et elle les entendit.


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une ville, un lieu dont la porte était cachée et fermée de l’intérieur où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux. Et elle attendait le mot de passe que sa maman disait. Ainsi sa mère pouvait rentrer et prendre soin d’elle. Tout ce qu’espérait Rapunzel, c’était entendre ces mots… Et elle les entendit, différemment des autres fois.


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une ville, sous les bombes, un lieu dont la porte était cachée et fermée de l’intérieur où vivait une petite fille du nom de Rapunzel. Elle avait de très longs cheveux. Et elle attendait le mot de passe Tout ce qu’espérait Rapunzel, c’était entendre ces mots… Et elle les entendit : « Rapunzel, Rapunzel, lass mir dein Haar herunter ! ».

Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une ville, sous les bombes, un lieu dont la porte était cachée et fermée de l’intérieur et où une petite fille aux longs cheveux du nom de Rapunzel tremblait. Elle avait attendu ce mot de passe. « Rapunzel, Rapunzel, lass mir dein Haar herunter ! ».  Elle devait faire descendre ses cheveux. On venait enfin la sauver.


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu, dans une ville, sous les bombes, une petite fille juive aux longs cheveux du nom de Rapunzel. Elle avait attendu ce mot de passe, cachée dans cette cave. Enfin elle l’avait entendu. Enfin on venait la délivrer.


Il était une seconde fois, vingt-cinq ans après le début de la première qu’elle n’avait pas connu
Une petite fille juive aux longs cheveux du nom de Rapunzel
Qui ne verrait pas la fin de cette seconde guerre mondiale.


Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-de-snail.eklablog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les RDV des écriveurs de Vibatée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les RDV des écriveurs de Vibatée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES ÉCRIVEURS (Tome 1) LA CITÉ LUMINEUSE de Frédéric Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'atelier des petits moutons :: :. Vos oeuvres .: :: Ecriture :: Textes-
Sauter vers: